21-08-21 :Pourquoi pas nous ?


Chloé Polony et François Fougère

Loin de toute oppression ou de toute guerre commerciale, il existe une Europe humaine qui vient en aide à de nombreux pays émergeants.

La Nouvelle Aquitaine travaille, comme toutes les autres régions françaises, en faveur de pays dont l’économie rudimentaire pousse des populations entières à migrer, à se révolter ou encore à mourir en silence.

Le département de la Charente-Maritime participe à cette action en vue du développement des républiques de Guinée et de Djibouti. L’association « Charente-Maritime Coopération », financée par le département, par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères ainsi que par d’autres bailleurs de fonds comme l’O.N.U, élabore des projets d’équipements et de fonctionnement, financés par l’Europe.

François Fougère passe trois ans à Djibouti auprès du ministère de la Décentralisation et des cinq Conseils Régionaux du pays. Chaque habitant pourra bénéficier de structures économiques et commerciales qui lui assureront une meilleure qualité de vie : des fermes maraîchères, des mielleries, des forages et des citernes, des « magasins » d’équipement et de réparation…

Chloé Polony raconte : « Depuis 1992, le Département de la Charente-Maritime mène un programme de coopération décentralisée avec la Préfecture de Boffa, en République de Guinée. Les volets d’action de cette coopération recoupent des dimensions auxquelles j’étais déjà sensible : l’appui aux collectivités territoriales, l’hydraulique villageoise, le développement de la pêche, etc. »

Cette même structure départementale est en accord avec les associations humanitaires qui vont sur le terrain auprès des habitants des contrées les plus démunies.

Sur Châtelaillon-Plage par exemple, Annette Chantepie présidente de Mitia Malagasy travaille pour une ville de Madagascar, Martine Dupéré, présidente du « Cœur du Sine Saloum » travaille pour des enfants du Sénégal, Mireille Ourmières, présidente de Basic, travaille pour le Nicaragua. Et Jean-Marie Claudé président de l’Associations des Abeilles de Dougoum (devenue Association des Femmes-Abeilles) travaille pour les femmes et les enfants d’un village de Djibouti.

Ces aides sont ponctuelles et réellement efficaces.

Que chacun d’entre nous se dise un jour, comme Chloé : « Pourquoi pas moi ! »

Jean-Marie Claudé

Un avis sur « 21-08-21 :Pourquoi pas nous ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :