À VOUS LA PAROLE…

Vous avez envie de partager l’un de vos textes (humeur, poésie, actualité…) cette page vous appartient ! Envoyez votre mot à jimifa.claude@gmai.com

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

EXTRAITS DE « UNE INTERMITTENTE SUR LE DIVAN »

de JEANNE LISE MENET

C’est un beau métier !

Oui, comme tout métier, il a ses bons et ses mauvais côtés. Il y aura toujours quelqu‘un pour vous critiquer, vous prodiguer de “bons conseils” – pas assez ceci, trop cela -, quelqu’un qui n’aura de cesse de pester – intérieurement ou pas… – de vous voir encore, après tant d’années, « debout“ malgré les orages ; et puis, il y a ces applaudissements, tous ces sourires, parfois même un simple regard quand la personne qui vous écoute n’a plus que cela à offrir. Parfois, vous êtes là pour distraire, faire oublier les tracas du quotidien, amuser la galerie, et d’autres fois vous êtes là pour réconforter, soulager, soigner même. Alors, sûrement faudra-t-il du temps et bien plus que ces quelques lignes pour qu‘aux yeux de tous « Artiste », « Chanteuse », « Danseuse », Musicien », « DJ », ou même « clown » deviennent de VRAIS métiers ; mais ce n’est pas grave. Je garde espoir, il paraît que cela fait vivre !

Cela faisait plusieurs années que nous nous produisions dans un restaurant de Dax, à raison d’une prestation, toutes les trois semaines. Nous venions à peine de débuter une nouvelle saison et qui dit une nouvelle saison dit nouveau spectacle, nouvelle chorégraphie et nouveaux costumes. L’un des tableaux de cette année portait sur l’enfance et l’univers des jouets. Les danseuses seraient des poupées qui, comme dans le célèbre Casse-Noisette, reprendraient vie à la nuit tombée ; Émeric  aurait le rôle du jeune prince et moi celui de la danseuse étoile. Pour la référence, je vous donne le choix : le Lac des Cygnes, le Petit Soldat de Plomb et Barbie danseuse étoile… Peu importe ; pour la danseuse, cela finit toujours avec un tutu de toute façon ! J’avais moi-même réalisé le mien, tout en mouchoirs de tulle blanc.

Le tableau commence. La première chanson est assez calme : on pose le décor. Cette fois, Caro a innové, intégrant quelques mouvements de danse classique à la mise en scène, afin d’ ajouter une impression de légèreté à l’ensemble.

Le rythme change. Le tempo s’accélère. Le public chante avec nous, tape dans les mains. Dopée par leurs applaudissements, j’entame quelque pas avec les danseuses. Comme une petite fille, je me mets à sautiller d’un pied sur l’autre, décollant à chaque fois de quelques bons centimètres du sol, tant et si bien que le talon de ma chaussure frôle le bas de mon tutu. Une fois… Deux fois… Trois fois… Et ce qui devait arriver arriva ! Le talon finit par agripper un pan de tulle tirant l’ensemble vers le bas. Le jupon achève sa course à mi cuisse environ, me laissant en bustier et culotte. Je me hâte de remonter mon froufrou avec une exclamation de surprise. Évidemment, l’incident n’est pas passé inaperçu, cela aurait été trop beau ! Mais je ne me démonte pas… Le ridicule ne tue pas, sinon je ne serai plus là depuis longtemps ; autant tourner ma mésaventure à la plaisanterie. Alors, un clin d’œil complice au Messieurs assis derrière moi qui ont pu profiter de la vue, un grand sourire au reste du public et c’est reparti !

Jeanne Lise

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

LES RÉSEAUX SOCIAUX

(Diane R.)

Tout cela n’a aucun autre intérêt que de se reconnaître, de se retrouver, soi-même; au détour d’un effort surhumain, dans un coin de joie ou de peine, au-delà de ses propres limites…
Il n’y a que soi qu’on cherche.
Parce qu’il n’existe rien d’autre pour nous dans ce monde que soi-même, notre propre musique, notre expression unique…
C’est après ça qu’on court, inlassablement, dans les expériences, dans les répétitions, dans les relations, dans les possessions…
La vie n’est qu’un miroir sans tain, qui manœuvre pour obtenir de nous que l’on se
dévoile au grand jour, bien au-delà des apparences, bien loin du regard du monde.

Instagram leschevauxdelangueron

Diane

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

AUDIENCE

(Lisa D.)

Audience devant le Juge des Libertés et de la Détention. Je plaide en donnant mon avis sur la proposition du contrôle judiciaire du Procureur.

Le Juge : « Maître, depuis combien de temps êtes-vous avocat ? » Moi : « Depuis quelques mois… » (Intérieurement en panique, je me demande quelle bêtise j’ai bien pu dire…) Le Juge : » Je vous demande ça car vous avez une perception très fine de ce qu’est le contrôle judiciaire. L’obligation que vous avez demandé d’ajouter et l’obligation que vous avez demandé d’enlever, c’est exactement ce à quoi je pensais en lisant le dossier. »

Il est vrai que je débute dans la profession d’avocat qui est extrêmement difficile. Mais des paroles comme celles-ci sont vraiment touchantes et encourageantes.

Facebook Lisa Dégardin

Lisa

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

IMPERTURBABLE

(Joannie D.)

Nous sommes parfois tellement absorbés par notre travail que le brouhaha d’une ville bouillonnante ne parvient pas à nous troubler. Un peu de musique pour trouver l’inspiration, la concentration ou la motivation et les doigts se mettent à taper frénétiquement sur le clavier de notre ordinateur. Nous sommes dans une bulle invisible qui nous rend visiblement: imperturbables.

Instagram Petitejo_

Joannie

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

IMPORTANT

(Laurence R.)

Aujourd’hui, on a accompli quelque chose d’important, un challenge impressionnant. Aujourd’hui, on a pris le temps, simplement. Aujourd’hui, je me suis écoutée, sans pression, sans « il faut que » et grand bien m’en a fait. Aujourd’hui, ce qui a été réalisé laisse la place à de nouveaux grands projets pour ma Zoé. Aujourd’hui, on a TRIÉ LES LEGOS !!! Par couleurs, par tailles de plaques, les personnages ensembles, les roues ensembles, tout est désormais organisé, près pour de nouvelles aventures !!!

Facebook QUIOZ

CYCLE

(Laurence R.)

À ma droite, un soleil couchant rouge, le feu qui plonge dans l’eau, l’océan si vaste et l’horizon si prometteur. À ma gauche la pleine lune bleue et ronde, la douceur qui s’élève dans un ciel noir et infini. En mon centre, un espace où la Vie se prépare à créer. Je connais mon cycle, mon ovule a jailli. Ce ne sera pas pour un enfant cette fois, mais bien MOI qui vais naître de nouveau; mon enfant intérieur qui s’apaise, reste calme, enjoué face aux potentialités que j’amorce.  Pwouaaaaa ! Pas banal cette pleine lune!  Et toi? Bien dormi?

Facebook QUIOZ

Laurence
%d blogueurs aiment cette page :