04-06-22 C’est bien, c’est mieux !

C’est bien de regarder du sport à la télé, c’est mieux de courir après un ballon ou de pédaler fort contre des partenaires. C’est bien d’écouter un chanteur, c’est mieux de chanter sous la douche. C’est bien d’aller au restaurant, c’est mieux de créer sa recette. C’est bien d’aller au cinéma, c’est mieux de jouer son propre scénario. C’est bien de faire des rencontres virtuelles, c’est mieux de serrer la main d’un ami. On nous vend du spectacle… Préférons être les acteurs de notre vie.

28-05-22 Se construire une image…

Mort de Léonard de Vinci

Les réseaux sociaux ont permis à des millions de personnes de présenter une « image de soi » positive. Il est ainsi devenu très banal de découvrir les côtés avantageux de quelqu’un et d’apprécier son vécu. Beaucoup diront que c’est dangereux. En réalité, il s’agit du même problème que celui des fans qui s’entichent de l’image donnée par un acteur ou une chanteuse. À-ton le droit d’aimer une image ? Une réalité virtuelle ? Une composition théâtrale ? Bien évidemment ! Si cette affection permet d’adoucir l’ennui, d’apaiser des angoisses, d’apporter une aide, alors pourquoi pas ? En réalité, bien peu s’y trompent ! Il ne s’agit pas d’une imposture. Il était une époque où l’on parlait de héros, de saints, d’exemples… Les rois ne se gênaient pas pour modifier leur Histoire. On parle de la même chose. Alors, mes amis, vous qui vous exprimez sur Instagram ou sur Facebook, j’aime votre image. Et l’image de votre vie. C’est tout ! « La vraie vie (y) est absente » disait Rimbaud.

EXTRAITS DE « UNE INTERMITTENTE SUR LE DIVAN »

de JEANNE LISE MENET

C’est un beau métier !

Oui, comme tout métier, il a ses bons et ses mauvais côtés. Il y aura toujours quelqu‘un pour vous critiquer, vous prodiguer de “bons conseils” – pas assez ceci, trop cela -, quelqu’un qui n’aura de cesse de pester – intérieurement ou pas… – de vous voir encore, après tant d’années, « debout“ malgré les orages ; et puis, il y a ces applaudissements, tous ces sourires, parfois même un simple regard quand la personne qui vous écoute n’a plus que cela à offrir. Parfois, vous êtes là pour distraire, faire oublier les tracas du quotidien, amuser la galerie, et d’autres fois vous êtes là pour réconforter, soulager, soigner même. Alors, sûrement faudra-t-il du temps et bien plus que ces quelques lignes pour qu‘aux yeux de tous « Artiste », « Chanteuse », « Danseuse », Musicien », « DJ », ou même « clown » deviennent de VRAIS métiers ; mais ce n’est pas grave. Je garde espoir, il paraît que cela fait vivre ! 

Cela faisait plusieurs années que nous nous produisions dans un restaurant de Dax, à raison d’une prestation, toutes les trois semaines. Nous venions à peine de débuter une nouvelle saison et qui dit une nouvelle saison dit nouveau spectacle, nouvelle chorégraphie et nouveaux costumes. L’un des tableaux de cette année portait sur l’enfance et l’univers des jouets. Les danseuses seraient des poupées qui, comme dans le célèbre Casse-Noisette, reprendraient vie à la nuit tombée ; Émeric  aurait le rôle du jeune prince et moi celui de la danseuse étoile. Pour la référence, je vous donne le choix : le Lac des Cygnes, le Petit Soldat de Plomb et Barbie danseuse étoile… Peu importe ; pour la danseuse, cela finit toujours avec un tutu de toute façon ! J’avais moi-même réalisé le mien, tout en mouchoirs de tulle blanc.

Le tableau commence. La première chanson est assez calme : on pose le décor. Cette fois, Caro a innové, intégrant quelques mouvements de danse classique à la mise en scène, afin d’ ajouter une impression de légèreté à l’ensemble.

Le rythme change. Le tempo s’accélère. Le public chante avec nous, tape dans les mains. Dopée par leurs applaudissements, j’entame quelque pas avec les danseuses. Comme une petite fille, je me mets à sautiller d’un pied sur l’autre, décollant à chaque fois de quelques bons centimètres du sol, tant et si bien que le talon de ma chaussure frôle le bas de mon tutu. Une fois… Deux fois… Trois fois… Et ce qui devait arriver arriva ! Le talon finit par agripper un pan de tulle tirant l’ensemble vers le bas. Le jupon achève sa course à mi cuisse environ, me laissant en bustier et culotte. Je me hâte de remonter mon froufrou avec une exclamation de surprise. Évidemment, l’incident n’est pas passé inaperçu, cela aurait été trop beau ! Mais je ne me démonte pas… Le ridicule ne tue pas, sinon je ne serai plus là depuis longtemps ; autant tourner ma mésaventure à la plaisanterie. Alors, un clin d’œil complice aux Messieurs assis derrière moi qui ont pu profiter de la vue, un grand sourire au reste du public et c’est reparti !

17-05-22 10 000 visites !

Pleine lune du 16 mai 2022

Depuis la naissance de cette plateforme, j’ai reçu 10 000 visites. Je remercie tous ces lecteurs et particulièrement ceux qui se sont abonnés à ma page quotidienne. Depuis le 15 décembre dernier, je me suis efforcé d’écrire un billet chaque jour à propos d’une photo. Je vais faire une pause pour ne compléter qu’une page ou qu’un article par semaine. Encore merci !

16-05-22 Pour des dents saines !

Les enfants du désert ne sont pas à l’abri des divers problèmes dentaires. Nous leur envoyons des brosses à dents (respectueuses de l’environnement) et du dentifrice pour un soin quotidien dès la première heure de classe. Il faudra garder l’habitude de se laver les dents pendant les vacances !

15-05-22. Au cœur du goûter

Pour fêter la fin de l’année scolaire, les élèves de la classe enfantine de Dougoum ont été invités à un délicieux goûter. C’est la tradition chez les nomades afars ! On ne laisse partir personne sans le remercier d’avoir partagé le quotidien des gens du désert. Loi numéro 1 de l’hospitalité !

14-05-22 Voilà Viola !

Viola est un côtre aurique de 1908, construit en Ecosse. Il navigue actuellement dans les eaux de La Rochelle. Le voir évoluer aux abords du Port des Minimes est toujours un plaisir. On ne s’ennuie jamais dans cette ville animée tout au long de l’année.

13-05-22 Heureuses !

Pour toutes les femmes qui habitent loin des villes, les serviettes hygiéniques représentent une DÉPENSE ANNUELLE énorme. Ces serviettes jetables provoquent surtout une POLLUTION intolérable. En adoptant les culottes menstruelles, les femmes répondent à un besoin économique, elles protègent aussi leur environnement. L’Association des Femmes-Abeilles, sur un projet de Camille Panier, a décidé d’en équiper toutes les familles qui le souhaitent.

12-05-22 « Une intermittente sur le divan »

Jeanne-Lise MENET

Jeanne-Lise a été mon élève dans les Landes. Elle chantait magnifiquement. Aujourd’hui, elle parcourt la Nouvelle Aquitaine en duo avec Émeric. Elle chante, elle danse pour tous les publics. Elle vient d’éditer son livre-souvenirs, plein de sourires et d’émotions : « Une intermittente sur le divan.

11-05-22 Bonnes vacances !

C’est la fin de l’année scolaire pour les élèves de Djibouti. Le thermomètre monte à plus de 40 degrés dans la journée. Les enfants vont devoir attendre, pour retrouver l’école, jusqu’au 15 septembre prochain !

10-05-22. Les quatre îles

Fouras, vue sur l’île Madame

Vous prendrez bien un banc

Deux cents mètres devant

L’entrée du Fort Vauban

A droite, vous verrez

Au loin, l’île de Ré,

Et l’Ile d’Aix tout près.

Au fond, sur l’horizon

C’est l’île d’Oléron

Du Pont à Chassiron.

Puis à trois coups de rames,

On a toute la gamme

Des trésors de Madame.

08-05-22 Je vous salue

J’incline la tête ?

Ou bien je te souris ?

 Je serre ta main ?

Je fais un check ?

Un « avé » ?

Ou un namasté ?

 je te fais une bise ?

Ou peut-être deux ?

Ou trois ?

Ou même quatre ?

Je suis perdu

Je ne sais plus

Où j’en suis…

C’est bien compliqué

De te saluer !

07-05-22 Tu me l’offres ?

Forêt d’Averan

Fleurs toutes nues

Et  sourire entendu.

D’une marche imprévue

Au chemin inconnu.

06-05-22 L’eau qui chemine

J’aime l’eau qui court

Celle qui porte les rêves

Au-delà des peurs

Et les élans du cœur

Au-delà de l’ennui.

J’aime l’eau qui chemine

Vers d’autres destins.

05-05-22 Attention !

Attention ! Surveille bien ton poney !

Ma petite voisine promène à la fois son chien et son poney. J’aime bien cette éducation à la responsabilité qui passe par le plaisir et la fierté. C’est le chemin du travail bien fait et de la réussite.

04-05-22 Dis-moi que tu m’aimes !

Depuis quelques décennies, l’être humain n’est plus au centre de l’univers, mais l’animal. L’humain est une espèce parmi tant d’autre, qui plus est périssable. Et dans notre société, la relation homme animal a été renégociée. Le chien, par exemple, peut vivre dans votre maison, manger à votre table, se reposer dans votre lit, vous embrasser, vous lécher. Manifestement les médias s’orientent de plus en plus vers l’acceptation de la cohabitation et certains de la zoophilie.

03-05-22 Au travail, les politiques !

La vraie question est de savoir comment les chefs d’état des pays précurseurs en matière d’écologie peuvent convaincre tous les autres pays que l’environnement est essentiel à notre survie. Beaucoup trop de politiques prétextent la pauvreté de leur pays ou des priorités différentes pour éviter de s’en préoccuper. C’est ensuite à ces mêmes chefs d’état de convaincre les entreprises. Qui a dit que les politiques ne servent à rien ?

02-05-22. Le poids de la masse

Tout est dans la masse ! On a le tourisme de masse (comme à Venise), la médecine de masse (comme avec le Covid), l’alimentation de masse (comme avec Carrefour), les communications de masse (comme avec Facebook), la culture de masse (comme avec le cinéma hollywoodien), l’habitat de masse (avec les mégalopoles), l’énergie de masse (comme avec Total). Tout est massif alors que notre Terre exige la légèreté et la fluidité !

01-05-22 Ne pas jouer avec le feu

Il est dangereux de contester sans cesse les principes de notre Liberté. Nous faisons reposer notre démocratie sur le suffrage universel et sur l’élection du plus représentatif. Si nous ne l’acceptons plus, nous nous dirigeons tout droit vers l’interdiction de voter, de faire grève, de voyager, de s’exprimer et de se réunir librement. La colère n’est pas une pensée.

30-04-22 Réseaux anti-sociaux

Après avoir envahi les bords de nos routes, nos radios, nos chaînes de télévision, les publicités S’imposent sur tous nos réseaux sociaux au détriment des informations que nous recevions de nos parents, de nos amis et de nos groupes sociaux. Nous en sommes gavés jusqu’à écœurement. Elle a droit d’exister bien sûr, mais nous devrions avoir la possibilité de choisir comme dans toute démocratie.

%d blogueurs aiment cette page :